Pradines

Contenu
Accessibilité
Mairie d'Espalais
19 rue du Barry
82400 Espalais
Tél/Fax:+33 (0)5 63 39 64 85

Agenda

Illustration de « Concours de belote de décembre » 30/11/17 Concours de belote de décembre
à 21 h à la salle des fêtes Des lots seront remis à tous les participants. Venez nombreux

Accs direct

Carte interactive


Carte interactive
Vous êtes ici :  Accueil /Découvrir Espalais / Histoire / Bayne

 

Historique de la paroisse de « Bayne »

Guillaume, Pons-Hugues Pradel et les enfants d’Arnaud, leur frère, baillèrent à fief, en 1102, à Ansquetil, abbé de Moissac, la moitié des dîmes de Bayne, moyennant 15 sols que l’abbé leur avait comptés, et dans la même année, ils lui firent donation de l’autre moitié du décimaire.

Il est question de la paroisse de Bayne dans un acte du 6 juillet 1248, par lequel Séguine de Moncrabel, veuve de Guillaume Arnaud de Pins, seigneur de Taillebourg, et ses enfants donnèrent au Monastère de Belleperche tout ce qu’ils possédaient au lieu de Baynes, entre la Garonne et la terre d’Arnaud d’Aragon.

L’Eglise devint, avant le XIV eme  siècle, chef-lieu d’un prieuré qui embrassait les paroisses de Baynes et D'Espalais Il comprenait aussi la Haute Seigneurie, car Gaillard II de Goth, seigneur d’Espalais, de Rouillac et de Bardigues, prêta serment de fidélité le 29 novembre 1326 au prieur de Bayne pour la part de la Seigneurie d’Espalais lui appartenant.

Après la mort ou la retraite de Mathurin de Balaguier, Maire de Marcillac, qui, après avoir été nommé prieur de Bayne par une bulle du pape Innocent VIII en date du mois d'avril 1488, avait pris possession de son bénéfice le 28 janvier de l'année suivante, le prieuré fut administré (en 1499) par des religieuses, sous la direction de Blanche de Valsergues, prieure ; mais cet état de choses dura peu de temps, et en 1554, Germain de Saint-Aulaire, protonotaire apostolique, qui était alors pourvu du prieuré, en afferma les revenus, moyennant 250 livres par an, par acte passé devant Menoy, notaire à Auvillar. Ces revenus, comprenant les dîmes des deux paroisses  de Bayne et d' Espalais étaient affermés en 1712 à raison de 900 livres par an.

Les prieurs de Bayne, que nous connaissons, furent Mathurin de Balaguier en 1488, Germain de Saint-Aulaire en 1557, Charles de Montferrand en 1609, Jean de Contensous, lieutenant du juge d' Auvillar en 1665, François de Contensous en 1671, Antoine de Contensous, curé de Valence d'Agenois en 1693, Henri de Belvincourt en 1697, Jean-François de Davis de Lastours en 1712, Joseph de Lacoste-Ribet, Chanoine de Cahors en 1767.

L' église primitive de Bayne s'élevait au Sud-Est de l'emplacement qu'elle occupa ensuite. Elle fut ensevelie par les flots à la suite d'un déplacement de la Garonne, et ses ruines apparaissent encore lorsque les eaux du fleuve sont très basses. Elle fut reconstruite dans de très modestes proportions à une époque indéterminée, et n’était plus au XVII ème siècle qu’une petite chapelle desservie tous les quinze jours par le curé d’ Espalais.

Vicaire du prieur, alors institué par l’évêque d’Agen, en sorte que le prieur Antoine de Contensous, ayant attaqué en 1694, devant le Parlement de Bordeaux, Antoine Vidalot, vicaire de Goudourville, qui s’était fait nommer par l’ évêque d’Agen à la cure vacante de Baynes, fut condamné, attendu que l’institution du curé appartenait à l’évêque de Cahors. Cette seconde église fut démolie en 1730 et reconstruite en 1738 sur les bords de Garonne à 5 kilomètres au Sud de Valence d’Agen et dans l’étendue du territoire actuel de la Commune. Elle a été à nouveau été démolie et il n’en reste plus aucune trace.

 

D’après documents, de département du Tarn et Garonne, documents historiques, de Francois Moulencq

Marcel MOLLE

Maire d’ESPALAIS